Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

9 juin 2017

Trump le bâtisseur, contre Comey le Performeur!



Trump le bâtisseur, contre Comey le Performeur!
 Le témoignage de Comey, contre le discours de trame sur les infrastructures américaines : le processus [judiciaire] normal contre les aboutissements concrets !

Nous vivons dans un univers imparfait. Depuis ma perspective, les gens que je connais sont divisés en deux groupes basiques : ceux qui en jouissent [de l’imperfection de l’univers] et ceux qui préfèrent créer et construire des résultats tangibles.
Est-ce que ces deux différences sont irréconciliables ?
Normalement : non !

Je me suis forcé à regarder hier le témoignage de l’ancien Directeur du FBI James Comey. J’ai réalisé que Comey & Cie, incluant Robert S. Mueller (ancien Directeur du FBI et à présent Procureur Spécial [Special Prosecutor]), ainsi que le nouveau Directeur du FBI Christopher A. Wray, sont tous entremêlés dans une association unique de hauts fonctionnaires se croyant pleins de sagacité politique [nantis de ce « don pour la survie » nécessaire pour évoluer à Washington D.C.].


Par contraste, Donald Trump, un novice plongé dans les pratiques roublardes de Washington D.C., a été désireux d’introduire de redoutables cocontractants [privés]/bâtisseurs, qui vont superviser un projet de 1000 milliards de dollars d’infrastructures.  
Bien peu de personnes ont déjà entendu parler de Richard LeFrak et Steven Roth. Les deux sont des développeurs/promoteur immobilier basé à New York, et sont surtout des bâtisseurs. Ces experts vont superviser un conseil de 15 à 20 bâtisseurs/ingénieurs, qui seront l’équipe destinée à construire ce massif projet d’infrastructure afin de Rendre l’Amérique Grande à Nouveau [Make America Great Again].


Je ne les connais personnellement ni l’un ni l’autre. Pourtant, j’ai grandi dans la pénombre de leurs énormes développements et immeubles de NYC.
Richard LeFrak est l’un des plus riches développeurs immobiliers de l’Amérique. Il a bâti le projet de 400 acres de Newport, sur le front de mer du New Jersey opposé au côté ouest de Manhattan, là où j’ai grandi. En ce moment, ces projets incluent un développement à usage mixte du nord de Miami, aux côtés de la famille Soffer de Floride (le Fountainbleau Hotel de Miami).
Le père de Richard, Samuel LeFrak, s’est souvent querellé avec Trump au sujet de nombreux projets. Il était le Président de l’Organisation LeFrak [LeFrak Organization], qui a développé des projets majeurs tels que Battery Park City à Manhattan, ou LeFrak City dans le Queens de NY.


L’autre gentilhomme que Trump a introduit, c’est Stephen Roth. Un diplômé de l’Université Dartmouth [Dartmouth College], et de l’école des affaires de Tuck [Tuck School of Business]. Il est le fondateur de Vornado Realty Trust : une entité multimilliardaire de centres commerciaux, de sociétés en faillite (Alexander’s) et d’immeubles de bureaux en centre-ville.

Ce que nous avons ici, c’est un contraste entre les élites WASP d’autrefois, de Yale et Princeton, opposée à des garçons juifs qui ont grandi dans le Bronx ou à Brooklyn. Tous ces hommes ont réussi d’après tous les standards. Pourtant, Comey et compagnies ont investi leur temps, leurs talents et leurs énergies dans les professions légales et politiques, deux domaines enfoncés dans les processus et la paperasserie. Aucun bâtiment ou travail créatif dans les arts ou la musique ne va jamais émerger de leurs efforts collectifs. Tous ces trois avocats [James Comey, Robert S. Mueller, Christopher A. Wray] sont des produits du Juggernaut de la criminelle famille Bush.

Trump et compagnies sont les descendants et joueurs d’un drame qui implique des constructions massives d’immeubles, de parcs et d’autres entités qui permettent aux classes moyennes de l’Amérique de jouir d’un habitat à des prix raisonnables. Au fil du temps, chacun de ces hommes est devenu extrêmement riche, et a commencé à fournir aux habitants attitrés de la classe riche.
Est-ce que l’un des deux est plus moral que l’autre ? Est-ce que l’un des deux groupes est mieux que le reste d’entre nous ?
L’interrogatoire croisé de Comey est vraiment une performance classique d’un individu dont la véritable vocation aurait dû être le théâtre plutôt que la loi. Comey s’est assuré qu’il émerge littéralement au sein de chaque Administration dans laquelle il avait servi.
Tant LeFrak que Roth sont des hommes discrets qui osent dire si un projet de développement est en retard ou hors de prix. Comme Trump, ils sont seulement intéressés par les résultats concrets.

Or le droit criminel est un domaine dans lequel la palabre et la persuasion rencontre le Coin Joyeux [Happy Corner] du jury des Audiences du Congrès [congressional hearings]. Le développement immobilier se contente de réussir ou d’échouer, du fait de ses problèmes internes, comme les casinos Trump dans le NJ.
Par nature, je suis orienté vers le produit. Qu’il s’agisse d’une nouvelle, d’un film ou d’un alicament/compléments alimentaires [nutraceutical]. Je dois connaître/savoir que quelque chose va émerger d’un effort concerté, pour pouvoir m’asseoir et penser, créer, et mettre en œuvre. C’est ma façon de voir la vie. Et il s’avère que comme LeFrak et Roth, j’ai connu une certaine implication dans l’immobilier, mais pas à leur niveau de réussite ou d’intensité.
De l’autre côté, j’ai eu à compter sur mes avocats (différents types) pour toute aboutissements que je voulais atteindre. En matière de livres d’industrie cinématographique, les avocats sont devenus un instrument financier adjoint afin de créer le produit final.
Ainsi les citoyens peuvent voir les interrogations de Comey comme un processus qui va culminer en beaucoup de discussions signifiant au final, pas grand-chose : une distraction. Ou bien, vous pouvez écrire à votre représentant législatif, afin de l’encourager à soutenir une loi d’infrastructure efficace, intelligente et créative, qui ne va pas mettre en banqueroute ce pays.


Le choix vous appartient !
Le POTUS Donald Trump a déclaré lui-même :
« La facette de ma vie relative au golf ne correspond pas au reste de ma vie, qui est une vie rude et agitée. Je travaille dans le développement immobilier, qui est le plus difficile domaine des affaires, et je le fais dans la ville la plus dure. Je traite avec des gens impitoyables
[The golf facet of my life doesn’t go with the rest of my life which is a rough-and-tumble life. I work in real estate development which is the toughest business, and I do it in the toughest city. I deal with ruthless people.] »[1]
C’est MON POTUS! 


Note CVR :  un plaidoyer laudatif et lyrique qu’il convient de relativiser ici. Résumer cette affaire par : « Comme Trump, ils sont seulement intéressés par les résultats concrets », et certainement par trop enthousiaste de la part de S. Pieczenik.
Les promoteurs immobiliers de New York ne sont pas des enfants de chœur et c’est une belle colossale qu’il aurait offerte par Trump : c’est certainement un renvoi d’ascenseur nécessaire, joignant l’utile agréable. La promotion immobilière obéit bien plus souvent des logiques de spéculation que d’altruisme, surtout à New York. Le développement immobilier à New York se résout d’ailleurs souvent devant les tribunaux, lui aussi…
Concernant James Comey, Robert S. Mueller et Christopher A. Wray], et surtout la criminelle famille Bush, il ne s’agirait pas de confondre le sens de l’État et le détournement de l’État, pour aboutir à glorifier exagérément les promoteurs immobiliers faisant bien plus des affaires de spéculateurs, marchant volontiers sur des cadavres pour réaliser leurs bonnes affaires.
Il demeure qu’il est préférable d’avoir un Président pugnace et rompu aux négociations ardues, plutôt qu’un unique incapable de résolution…

Pour mémoire :










[1] « GOLF Magazine Interview: Donald Trump » (Mike Walker, Golf Mag, 17 nov 2008)

28 mai 2017

[G7 - Roger Stone] Il fut un mauvais calcul pour l’UE de chercher noise à Trump...



« Roger Stone: It Was A Miscalculation For The EU To Bully Trump [il fut un mauvais calcul pour l’UE de chercher noise à Trump] »(Infowars, 28 mai 2017).



Roger Stone décompose comment les dirigeants européens suffisants ont voulu traiter Trump avec mépris et condescendance, et pourquoi le fait de s’être ainsi mal comporté avec Trump, pourrait l’amener à dénoncer le Traité de Paris.