Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

23 juillet 2016

Hillary est-elle vraiment apte à devenir POTUS ? (tumeur cérébrale?)



Hillary est-elle vraiment apte à devenir POTUS ?
          

            Hillary Clinton défie toutes les probabilités et devient la candidate Démocratique nominée pour devenir POTUS [President Of The United States] !
            Sauf qu’il reste un dernier obstacle : est-elle physiquement / mentalement APTE à être Présidente?
                C’est la question qui se profile au-dessus de sa tête, comme une épée de Damoclès : a-t-elle un glioblastome (tumeur cérébrale) qui hypothéquerait gravement ses capacités en tant que POTUS?
               

                Tout au long de la course d’Hillary Clinton à la Présidence, j’ai évoqué son type de personnalité comme relevant de la sociopathie invétérée, capable de tout faire et de tout dire, tant que ça lui permet de devenir la première femme POTUS de l’histoire américaine.
                OR de toute évidence, ni le FBI, ni le Département de la Justice, ni les Services secrets, ni aucun autre organe de sécurité interne subventionné par l'argent du contribuable, n’a fait un seul pas afin de nous avertir qu'elle n’est ni moralement, ni éthiquement, ni médicalement apte à servir notre grand pays. Donc, nous ne pouvons pas compter sur eux pour faire autre chose que de servir leurs propres intérêts bureaucratiques égoïstes à nos dépens.

                Mais pas plus tard qu’hier, Hillary a choisi un Gouverneur/Sénateur de Virginie sans notoriété ni mérite sérieux, autre que le fait d’être un apparatchik loyal pour la machinerie Clinton. 
            Je me suis alors posé la question habituelle concernant son choix :
            Pourquoi donc a-t-elle choisi un autre Sénateur (D[émocrate]-Tim Kaine[1]), qui est blanc, catholique et supposé parler espagnol, issu d’un État qui n’est rien d’autre qu’une extension de Washington D.C?
            Tout au long de la soirée, le sens du devoir de la machinerie Démocrate l’a conduit à se répandre en explications parmi lesquelles revenaient les phrases suivantes :
            – « Il a une expérience managériale gouvernementale étendue en tant que législateurs d’État, avocat en droit civil, Maire, Gouverneur et Sénateur ».
            –« Elle se sent personnellement en confiance avec lui… »
            Dans le langage de la psychiatrie, je dirais que la sélection du Sen. Tim Kaine a été fortement surdéterminée [a été exagéré dans ses causes], ce qui signifie qu'il était trop beau de croire que cet homme politique opérationnel inconnu pourrait vraiment l’aider à devenir POTUS. Mais par contraste, il est apparu comme un candidat potentiel qui pourrait très rapidement reprendre la position de POTUS, si Hillary devait devenir handicapée ou frappée d'incapacité, pour un raison ou pour une autre.

                Ensuite, je suis retourné examiner l’histoire médicale aseptisée d’Hillary Clinton, telle qu’elle a été arrangée pour être servie à la consommation [à l’opinion] publique :
                – Son médecin traitant (en soins primaires) est le Dr Lisa Bardack, une interne, Présidente du Département de Médecine du Groupe Médical du Mont Kisco, [Dept.of Medicine at the Mount Kisco Medical Group], à Mont Kisco, New York. Ce n’est pas un hôpital majeur en matière d’enseignement et de recherche, comme peut l’être par exemple Columbia P&S ou l’Université Médicale [Medical College] de Cornell[2], les deux situées à NYC[3].
            –Ses antécédents médicaux incluent une thrombose veineuse profonde en 1998, de nouveau en 2009, ainsi qu’une commotion cérébrale [concussion] en 2012.
                –En décembre 2012, HC a souffert d'un virus à l'estomac après avoir voyagé à un endroit, où elle fut déshydratée jusqu’à s’évanouir, et elle subit une commotion cérébrale.
                – Les symptômes d’une Commotion, y compris une double vision qui mit « quelques mois » (ambigu) à se résoudre, et qui l’obligeait à porter des lunettes en prisme de Fresnel (habituellement portées par les patients atteints de tumeurs cérébrales).
                – Suite à sa thérapie anti-coagulation de son trouble de la coagulation, qui fit devenir sa coagulation « négative» (assez impressionnant, presque trop impressionnant).

                Il y a pour moi un facteur important qui manque, dans cet examen physique plus ou moins approfondi d’Hillary par le Dr Bardack, en vue de servir pour le rôle ardu de POTUS. En tant qu'ancien Examinateur du Conseil Américain de Neurologie / Psychiatrie [American Neurology /Psychiatry Board], j'aurait demandé à la bonne doctoresse : « est-ce qu’une tumeur au cerveau comme un “glioblastome“ (assez agressive), était exclue dans son cas, et si non, pourquoi? »


            Un historique de thrombose répétée dans le cerveau pour une femme entre 50 et 70 ans, signifie habituellement une tumeur au cerveau occulte. Or il n’y avait même pas d’indication dans le rapport du Dr. Bardack, selon laquelle Hillary avait déjà été traitée pour un glioblastome,  par les médecins et chirurgiens de l’hôpital de Columbia (là où elle avait déjà été hospitalisée pour des semaines, si ce n’est des mois).
            Hillary pourrait bien ne pas être apte médicalement/physiquement/mentalement, pour le difficile travail de POTUS, et elle le sait extrêmement bien. Pourtant elle a subordonné toute sa malfaisance personnelle et tous les obstacles externes à un seul but spécifique : devenir la première femme POTUS de  l’histoire.
            Je ne lui souhaite aucune mauvaise fortune médicale, à elle ou à sa famille, pas plus que je ne dénigre son médecin personnel.  Pourtant, pour avoir donné des cours sur les maladie médicale et psychiatrique chez les Présidents américains (à West Point, ou à l’Ecole de Guerre [War College] de Ft. McNair), laissez-moi partager ma préoccupation d’après l’expérience des maladies chez les Présidents américains suivants :
  • Le President Woodrow Wilson dans sa dernière année et demie de vie, était dans un état comateux, c’était sa femme et le Colonel House[4] qui faisaient fonctionner le Gouvernement américain [USG], vers la fin de son mandat. [1913-1921, mort en 1924].
  • FDR se servit des Services secrets pour confisquer toutes photo privée prise du Président handicapé ; il eut également une crise cardiaque majeure en public qui fut décrite comme une “grippe“ (ça semble familier [le cas d’Hillary Clinton ressemble a du déjà vu si on le compare à ce cas…]).
  • JFK cacha le fait qu’il était atteint d’un mal médicalement sérieux appelé « maladie d'Addison », une absence des glandes surrénales, qui rendait nécessaire des injections secrètes quotidiennes de stéroïdes, d’amphétamines et de vitamines. Le résultat de sa condition médicale était un tempérament indécis et psychotique, qui pouvaient mener par inadvertance à des crises internationales comme celle des Missiles de Cuba, et d’autres opérations couvertes à l’extérieur ratées, au Vietnam ou en Amérique Latine[5]. Il fut ensuite assassiné par notre Communauté du Renseignement  (CR - [IC, Intelligence Community].
  • Ronald Reagan était atteint de la maladie d’Alzheimer bien plus tôt que cela ne soit admis dans son Administration (il subit lui aussi une tentative d’assassinat par notre propre CR).
  • Cheney était devenu de plus en plus erratique et paranoïaque avant et après sa transplantation cardiaque (probablement supervisée par le chirurgien en transplantation de renommée mondiale, le Sen. [Sénateur] Bill Frist (R[épublicain],Tennessee).

            Et cette liste continue…
           
            Je signale ici les préoccupations des citoyens américains de tous les partis, concernant le fait qu’Hillary Clinton devrait être évaluée par un Conseil indépendant de neurologues et de neurochirurgiens, avant qu’elle ne prétende assumer la responsabilité de la Présidence.
            Ceci serait la moindre des choses à laquelle elle pourrait se conformer, au vu de sa vie politique et privée remplie de tromperies, mensonges et de duperies machiavéliques. Hillary doit au moins cela aux membres de son parti et aux citoyens de cette grande nation.
            Si elle devait arriver au pouvoir, que cela soit au moins avec une claire conscience, et non pas avec une conscience impactée par les symptômes débilitants d’une tumeur cérébrale (“glioblastome“), qui la forcerait à commettre des actions erratiques, comme (au hasard…) le fait d’utiliser un serveur d’e-mail personnel [ou faire transiter des courriels hautement sensibles] ou bien de mentir constamment.

            Le grand intellectuel progressiste de gauche [liberal] Démocrate, I.F. Stone, wrote the following :
            « Chaque gouvernement est mené par des menteurs, et rien de ce qu’ils disent ne devraient être cru » [6]



[2] NDT : Renommé Weill Cornell Medical College après des dons massif d’un « généreux » financier, ce dont s’est indigné Pieczenik.
[3] NDT : Steve Pieczenik a pour sa part étudié à Cornell.
[4] NDT : sur le Colonel House, voir notamment Pierre Hillard : « La Marche irrésistible du nouvel ordre mondial », Éditions François-Xavier de Guibert, 2007 ; également  Pierre de Villemarest : « Exploits et bavures de l’espionnage américain : les espions du Président, l’O.S.S., la C.I.A. », éd. Famot, 1978, Tome 1.
[5] NDT : sujet ici tout à fait parallèles à la montée de la CIA au sein de l'appareil d'État américain, en tant qu'élément autonome susceptible de déclencher ses propres opérations dans le dos du Président américain. Sur les dessous de la Crise des Missiles de Cuba, voir notamment  « Full Spectrum Dominance » de F. William Engdahl : avait été caché à l'opinion publique américaine le fait que des missiles nucléaires américains avaient été placés en Turquie, menaçant directement la Russie soviétique.
[6] NDT : rester critique ici sur I.F. Stone, qui par sa critique virulente du maccarthysme, des guerres de Corée ou du Viêt Nam (sans préjudice de ses aspects sombres d’ordre financier rarement compris : voir « Pétrole une guerre d’un siècle », F. WIlliam Engdahl, Editions Jean-Cyrille Godefroy, 2007, p.134) ou de la discrimination raciale, se redit complice d'un agenda servant la destruction de l'État-nation américain à laquelle nous assistons aujourd'hui… Sa citation est trop globalisante ici pour être crédible : il parle d'un dévoiement réel, mais qui peut être utilisé pour détruire au final le sens de l'État en tant que vertu.

1 commentaire:

  1. USA. Une présidente avec un cerveau malade et un doigt sur la gachette nucléaire


    Hillary Rodham Clinton semble s'entourer de scandales et traîner une multitude de casseroles. Nous avons eu les scandales Mena et Arkansas, lorsque son mari, Bubba, connu comme William Jefferson Clinton, était procureur général et gouverneur. Ambrose Evans Pritchard, le journaliste d'investigation britannique au Telegraph a fait une documentation magistrale dans son livre : "La vie secrète de Bill Clinton". Puis il y a les scandales de la Fondation Clinton documentés dans le livre (en 2015) de Peter Schweitzer, "Clinton Cash: The Untold Story" sur le comment et pourquoi les gouvernements étrangers et les entreprises ont contribué à faire de Bill et d'Hillary des super riches, détaillant comment Hillary a abusé de son bureau comme secrétaire d'État à diriger d'énormes contrats avec l'Arabie et d'autres «dons» à la Fondation Clinton. Il y a bien sûr les scandales de serveur de sécurité e-mail nationale qui a corrompu le procureur général et un directeur du FBI corrompu balayé sous le tapis. Ce dernier scandale met tous les autres en arrière-plan. Il est son refus de libérer tous les dossiers médicaux détaillant ses médicaments et véritable état de santé suite à une commotion cérébrale en 2012. Le candidat démocrate est susceptible médicalement souffre de démence irréversible.

    http://numidia-liberum.blogspot.com/2016/08/usa-une-presidente-avec-un-cerveau.html#uds-search-results

    RépondreSupprimer