Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake

Tryptique+remember Yorktown / réddition / Cheesapeake
...SOUVENEZ-VOUS DE LA VIEILLE REPUBLIQUE... HISTORIQUEMENT : LE MEILLEUR DE LA VIEILLE EUROPE...PAS DE CIVILISATION SANS LIBERTE+INITIATIVE..."QUE ROME PRENNE GARDE A LA COLERE DES LEGIONS... --- ... REMEMBER THE OLD REPUBLIC --- HISTORICALLY : THE BEST OF THE OLD EUROPE --- NO CIVILISATION WITHOUT LIBERTY + INITIATIVE --- "LET ROME BEWARE THE LEGION'S WRATH"...

28 mai 2017

[G7 - Roger Stone] Il fut un mauvais calcul pour l’UE de chercher noise à Trump...



« Roger Stone: It Was A Miscalculation For The EU To Bully Trump [il fut un mauvais calcul pour l’UE de chercher noise à Trump] »(Infowars, 28 mai 2017).



Roger Stone décompose comment les dirigeants européens suffisants ont voulu traiter Trump avec mépris et condescendance, et pourquoi le fait de s’être ainsi mal comporté avec Trump, pourrait l’amener à dénoncer le Traité de Paris.


Brezezinski R.I.P.



Brezezinski R.I.P.
 
L’ancien Conseiller à la Sécurité Nationale Zbigniew “Zbig“ Brezezinski est mort le 26 mai 2017.
Qu’il repose en paix !

Un peu d’histoire : le Président Jimmy Carter [D] fut publiquement tourné en ridicule, décrié comme l’un des pires POTUS, alors qu’il fut en fait bien plus efficace que personne ne l’a imaginé. Je n’ai pas très bien connu le Conseiller à la Sécurité Nationale de Carter, Brzezinski [prononcer : Br-jé-jin-ski], mais j’entretenais un scepticisme salubre tant à son encontre qu’au regard de ses politiques étrangères.
Mais comme je m’en souviens, durant les jours où Zbig fut dans l’Administration, permettez-moi de récapituler les réalisations que le Secrétaire d’État [Sec. State] Cyrus Vance accomplit durant mon propre mandat au Département d’État [State Dept]. Je vais revenir ensuite à Zbig sur ce blog.
Hommage doit être rendu à Cyrus Vance, pour avoir initié et mis en œuvre les Accords de Paix de Camp David entre Israël et l’Égypte, finalisé le 17 septembre 1978. Contrairement aux mythes qui ont été créés par la CIA et d’autres organisations plus tard, ces accords de paix ont été complètement initiés par le POTUS Carter. Carter donna ordre à Cyrus Vance et à son équipe digne de tous les superlatifs composés d’Officiers du Service Diplomatique (OSD) Arabisants [FSO Arabists], de mettre en place un traité de paix très difficile entre Menachem Begin and Anouar El-Sadate, lesquels reçurent tous deux ensuite le prix Nobel de la Paix.


Durant cette période, je faisais partie d’une équipe d’OSD pleine de talent, incluant l’Ambassadeur américain en Égypte Hermann Eilts, Frank Wisner, David D. Newsom, et l’Ambassadeur américain en Israël, Samuel W. Lewis.
Zbig fut l’un des premiers Conseillers Senior de la Maison-Blanche à allouer des millions de dollars en aide militaire pour les militants islamiques combattant l’invasion[1] de l’Union soviétique en Afghanistan. Plus tard, ces militants, avec l’aide de l’Arabie Saoudite, du Pakistan, des Émirats Arabes Unis et de la CIA, devint Al Qaïda puis l’EIIL.
Par la suite, avec une haine aveugle des Soviets, Zbig soutint involontairement l’assistance étrangère de la Chine au Cambodge[2]. Ceci permit la montée politique de Pol Pot, qui facilita l’auto-génocide de 1,2 millions de Cambodgiens.


Par la suite, six mois avant le déclenchement de la crise des otages américains en Iran de novembre 1979, j’avais été envoyé en Afghanistan et en Iran afin d’évaluer la situation sur zone. À mon retour aux États-Unis, j’avais averti la Maison-Blanche que nous devrions évacuer notre Ambassade américaine, parce que les étudiants iraniens de l’Ayatollah Khomeiny, s’agitaient pour le changement et débitaient de la propagande antiaméricaine. Plus important, j’avais été informé par mes homologues du GRU/KGB russe, qu’ils avaient eux-mêmes retirés tous leurs personnels de l’Ambassade soviétique en Iran.
Zbig et compagnie n’ont pas suivi mon conseil. À la place de cela, il a fait placer des douzaines de nouveaux OSD dans cette Ambassade américaine. Finalement, ce sont ces mêmes personnes exactement qui devinrent les otages américains, qui restèrent en captivité à Téhéran pour plus de 400 jours. Je n’étais pas présent quand Zbig ordonna le raid manqué des hélicoptères d’avril 1980, forçant le trait poli et très professionnel Cyrus Vance a démissionné, « sonné et en colère ».[3]




Zbig n’eut jamais honte de s’adonner à l’autopromotion publique et à l’agrandissement sans cesse de ses prérogatives [self-aggrandizement]. Il commit le faux-pas intellectuel et sérieux consistant à critiquer la politique triangulaire de Nixon-Kissinger, qui consistait à rechercher un équilibre entre les États-Unis, la Chine et l’Union soviétique.
Heureusement, grâce au grand sens stratégique de Nixon en matière de politique mondiale, nous fûmes capables de démanteler l’Union soviétique durant les dernières Administrations [américaines, cad. Nixon, Ford, Carter, Reagan, Bush Sr.].
Le point majeur avec lequel j’ai été en accord avec Zbig, ce fut son plaidoyer enjoignant Bush Jr. à ne pas envahir l’Irak[4].

Ironiquement, Zbig et moi-même sommes issus d’antécédents polonais similaires. Il eut des racines dans l’aristocratie, les miennes dans la colonne vertébrale médicale et intellectuelle d’un antisémitisme polonais existant de longue date.
Tandis que les années passaient, Zbig a continué son implication en politique étrangère à travers le Conseil Atlantique [Atlantic Council] de David Rockefeller. Pour ma part je me suis éloigné pour débuter ma carrière d’écrivain et d’entrepreneur.
En tant que membre fondateur des médias alternatifs [alt-media], je suis certain d’une chose. Zbig avait une très belle nécrologie [des commentaires élogieux de la part des médias PC et autres milieux bienpensants régissant les médias aux États-Unis]. La mienne sera jonchée de mots comme faux drapeau [false flag], coup monté (laissé faire) [stand down], théoriciens de la conspiration [conspiracy theorists], Alex Jones, Infowar… Sandy Hook, Manchester... Autant de mots dont je suis globalement fier.
Deux hommes différents avec deux arrière-plans différents, obtenant une certaine notoriété dans un pays distant appelé « Amérique ! » C’est dans ce grand pays que Zbig et moi-même avons pu atteindre ce que notre destinée nous avait poussé à faire !

Pour reprendre les mots de l’athlète croate Blanka Vlasic : « le fait d’être en compétition m’aide à polir ma condition physique »




[1] NDT : ce n'était pas une invasion de la Russie soviétique, mais une réponse à la demande du Gouvernement légal procommuniste d'Afghanistan.
[2] NDT : Il serait certainement historiquement plus correct, de dire que Zbig fut l'émissaire de Wall Street dans le soutien aux idéologies rouges, que cela soit contre la Russie, contre la Chine contre le Cambodge.
[3] NDT : nous avons là typiquement, l'organisation artificielle d'un scandale à fin d'incapaciter des professionnels compétents dans un pays donné. Pieczenik parle ici d'une lutte d'influence qu'il développe dans nombreux textes et entrevues, s'étant déroulée entre d'une part, les patriotes américains compétents et disposant d'une réelle expertise concernant les pays musulmans, d'autre part, les milieux sionistes et néoconservateurs, ceci jusqu'à notre époque.
[4] NDT :  ceci peut très bien avoir été fait par Zbig, dans le cadre d'un jeu en réseau alors que le principe de l'intervention en Irak était poussé par le reste de son réseau. Ceci lui permettant d'apparaître comme clairvoyant alors qu'il ne s'agissait que d'un calcul collectif, pensé sur plusieurs décennies.

26 mai 2017

Le Faux Drapeau de Manchester!



Le Faux Drapeau de Manchester!

Manchester par la mer [by the Sea] … ou bien par un Faux Drapeau Massif !

Grâce à l’inévitabilité de la détresse des politiciens et de leur infamie collective : les citoyens du monde libre sont les témoins de défaillances mensongères.
Rien ne convient mieux à une popularité décroissante, qu’un [attentat sous] faux drapeau requis. [Comprendre : il n’y a pas de meilleure réponse à une popularité décroissante d’un politicien, que l’organisation d’un attentat ad hoc qui resserre les rangs du peuple en faveur de ce politicien, un attentat est « requis » en ce sens].
En témoigne le “9/11“ [les attentats du 11 septembre 2001], la tuerie de Sandy Hook ou n’importe quel non-sens scénaristique qu’Eric Holder et son MAT Meilleur Ami de Toujours [BFF, Best Friends Forever] ») Obama/Clinton, arrangé à Orlando, San Bernardino et dans tout un assortiment d’autres événements imaginaires dont les Américains sont devenus coutumiers, au gré d’une farce continuelle[1].
À présent nous voyons se répandre ces fausses tragédies en Angleterre, France et ailleurs :

Prenez une ingénue de médiocre talent, Ariana Grande, née dans le nadir [contraire du zénith] de la culture de gauche : à Boca Raton en Floride. Ce lieu est aussi la maison des parents dépossédés de Sandy Hook. Permettons ensuite à cette starlette sous MK Ultra de scripter un faux narratif qui va probablement lui coûter une carrière, qui n’était déjà pas trop prometteuse en tant que chanteuse/amuseuse publique…
Recrutons ensuite la même jeune fille, Georgina Collinder [ou Callander ou Bethany ?], qui a une photo d’elle, ses joues alignées avec celles d'Ariana et l’ayant renommée Jessica Pierpoint[2].
Revendiquez ensuite qu’elle ait été tuée à Manchester, Angleterre, dans une attaque suicide à la bombe perpétrée par un terroriste libyen né britannique inexistant arbitrairement nommé “Salman Abedi“. Apparemment, cet individu surpris par la nuit s’est ostensiblement fait sauter à Manchester Mall, une salle de concert, tout en laissant de manière bien pratique seulement sa carte d’identité intacte ???

Quelle FARCE TRAGIQUE !


Une nouvelle fois, le monde doit se confronter aux mensonges de différents États-nations, qui ont recours aux actes de terrorisme les plus bas et méprisables, en créant des scénarios artificiels et FAUX d’attaques terroristes, afin de justifier quelque initiative politique vénale.
L’affiche est pleine [The gig is up]! Ceux d’entre nous qui connaissent la vérité vont la crier haut et fort.
D’un premier regard, je pourrais admirer le Premier Ministre Theresa May et la Reine Elizabeth. À présent, je les trouve juste pathétiques : des personnages intimidés remuant leur fils de marionnettes dans ce qui ressemblerait plutôt à un théâtre de Guignol hautement artificiel, orchestré par le MI6, le MI5 et la CIA pervertis, et par les bobbies, les soldats britanniques autrefois loués pour leurs prouesses. Rien ne convient mieux pour illustrer le déclin des puissances de l’Ouest comme l’Angleterre, la France ou l’Amérique, que l’idiotie confondue/combinée avec l’incompétence.


Dans un âge où les médias ont été relégués sur le bas-côté de l’attention et des préoccupations, les élites politiques de ces pays sont encore en recherche d’une destinée pleine de sens. La vérité est devenue l’ennemie du monde occidental.
Mensonge après mensonge ont été propagés afin de maintenir le faux narratif d’un auto-agrandissement afin de perpétuer une domination mondiale, qui n’est plus aujourd’hui applicable, à part dans leur esprit auto-illusionnés. L’Amérique chute sur le chemin de guerres perdues et coûteuses, menées en vain afin de maintenir l’exosquelette du syndicat du crime militaro-industriel. Ce Grand schéma de Ponzi va finir par éviscérer ce grand pays une fois pour toute.
Le Brexit, comme l’influence financière et politique s’évaporant de l’Angleterre, est au mieux vaporeux, si ce n’est complètement inexistant[3]. Autrefois la Grande-Bretagne était une Grande Dame [Grand Dame] d’un courage moral réel durant les douleurs de la Deuxième Guerre mondiale. À présent, l’Angleterre n’est plus signifiante aujourd’hui. Theresa May a amené l’Angleterre au niveau du caniveau, une situation dans laquelle le pays grisé ne peut plus articuler ses objectifs et sa raison d’être. Comme l’Amérique et la France, la Grande-Bretagne doit compter sur des ersatz d’attentat à la bombe [ersatz bombings] et autres atrocités fausses, afin de conserver la sympathie et le courage de la part du reste du monde, et afin de perpétuer leurs machines du crime par la drogue, sexe et les armes.

Il y a dans cette tragédie de Manchester une leçon qui doit être apprise : si un pays dispose d’une volonté si audacieuse d’orchestrer un faux drapeau comme celui-ci, alors ce pays ne reculera à aucun prix, même s’il lui faut assassiner réellement ses propres habitants, comme l’Amérique a été capable de le faire le 11 septembre 2001, avec plus de 3000 innocentes victimes[4].
Il y a donc une épidémie d’attentat sous faux drapeau, qui donne une fausse idée du désespoir sous-jacent d’un État-nation confronté à ses contradictions inhérentes, entre son apathie et son implication politique.

Or l’apathie engendre des actes rampants de vraie violence.
Pourtant, les citoyens impliqués dans un pays donné ont toujours se rappelé des traces d’hypocrisie et de couardise, chez les forces de protection indigène comme les militaires, la police et les unités de renseignement. À leur tour, les citoyens vont exiger un certain prix non dévoilé pour cette collusion collective [entre les politiciens et les forces de sécurité]. L’Amérique par exemple, est tombé dans une stupeur d’insolence, lorsqu’il s’est agi de défier l’État profond et ses diktats, lorsqu’il s’agit de savoir pour qui et pour quoi voter[5].
Si Trump ne s’est pas encore réveillé à présent, à la nécessité de choisir véracité et d’user de son partenaire naturel, la compétence de [dans] l’action, alors il va lui arriver le destin de Theresa May. Elle fut autrefois un dirigeant politique compétent, mais se trouve à présent perdue dans son propre désespoir.
Mes prières vont en ce sens que la Grande-Bretagne puisse s’éveiller à son moment de vérité, et demander des comptes pour ces faux drapeaux, qu’ils seront dès lors connus pour toujours en tant que « Manchester dans la mer des faux drapeaux [Manchester By the Sea of False Flags] » (jeu de mot).
D’après les mots du sage Dr. Kevin Barrett [PhD, Arabisant][6] :
« Un homme de 22 ans, 22 tués, le 22 mai : ça exprime (mais aussi ensorcelle[7]) uniquement un seul phénomène : un [attentat sous] Faux Drapeau… des mensonges… des mensonges… et plus de mensonges encore » …[8]

D’après les mots de l’amiral japonais défait par la Deuxième Guerre mondiale, Isoroku Yamamoto, concernant la nature de la vérité de la guerre :
« Durant les six à 12 premiers mois d’une guerre avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, j’attaquerai sévèrement et remporterai la victoire. Mais au-delà, si la guerre continue après cela, je ne m’attends à aucun succès »…




Additif CVR : il y a aussi un grand risque derrière ces attentats sous faux drapeau : il induira à terme un réflexe de défiance contre l’État chez le peuple, oubliant qu’il ne se trouve qu’en face d’un détournement de l’État avant tout, perpétré par des hommes de peu de foi mais avant tout facilité par l’apathie du peuple que Pieczenik dénonce ici
Or cette défiance contre l’État oublie qu’avant tout l’État est avant tout l’agrégat de ce que produit le peuple, moyennant l’harmonie sociale, obtenue par le droit canalisant la force.
Pire, derrière les grands phénomènes de destruction des Etats, obtenus par des mouvements révolutionnaires artificiels comme ce fut le cas en Russie à partir de 1917, ce sont potentiellement des millions de morts qui en sont la conséquence, comprenant trop tard leur destin…

Rapprocher cette question fondamentale de l’Apathie des citoyens, de la conclusion de l’excellent documentaire « Why we Fight » (2005) rappelée ici: « [Zerohedge] Les "élites" de la politique étrangère américaine attendent avec impatience l’expansion des guerres extérieures d'Hillary Clinton + "Why we fight?" » (CVR, 21 octobre 2016) :
Chalimer Johnson (mort en 2010) : 
« Aujourd’hui, je voudrais que les américains comprennent que le prix de la liberté est une vigilance éternelle, et que nous n’avons pas été assez vigilants depuis que Dwight Eisenhower a lancé sa mise en garde en 1961 « contre les dangers de la puissance tentaculaire et non autorisée » du CMI.
Nous ne devons prendre /considérer rien comme définitivement acquis : seuls des citoyens vigilants et bien informés, peuvent imposer le bon tissage/équilibre/adéquation entre la machine industrialo-militaire de la défense  et nos objectifs de paix. Donc faisons en sorte que la sécurité et la liberté puisse toutes deux prospérer ensemble »

« Après 20 ans de carrière militaire, on est conditionnés à toujours respecter l’autorité et à jouer le jeu au sein de l’équipe. Quand la guerre a commencé en Iraq, j’ai amorcé un tournant : mes propres valeurs s’opposaient à celles de ma fonction d’officier. Je devais me retirer (prendre ma retraite), alors pourquoi nous battons nous ? Je crois qu’on se bat parce que trop de gens n’osent pas dire « je refuse de faire ça ».











[1] NDT : ces attentats avaient été évoqués à de nombreuses reprises par Pieczenik…
[3] A contrario, lire William Engdahl : « Le BREXIT, et la sécurisation d‘une Nouvelle Union Anglophone » (
[4] Compléter avec les éléments donnés dans l'entrevue de  Pieczenik du 16 septembre 2012 (Infowars).
[5] NDT : allusion à la victoire de Donald Trump contre Hillary Clinton, bien que Donald Trump puisse de plus en plus être considéré en quelque sorte comme un Président thermidorien…
[6] Sur les arabistes, voir l'entrevue précitée de Pieczenik du 16 septembre 2012 (Infowars).
[7] Spells se traduit ici autant pas épeler, orthographier (exprimer), que par ensorceler (avec une idée de charme, d'incantations ou de sortilèges). Référence certainement ici à de la magie Guématrie/a, dite « Kabbale pratique » appliquée aux nombres (isopséphisme en grec) : 22+22+22 = 66, lien possible avec le « Nombre de la Bête ». Ce sont ici des codes dont usent, abusent et raffolent des satanistes se prétendant lucifériens, promoteurs d’un certain mondialisme basé sur du pur satanisme… 
Il semblerait étonnant tout de même, qu'il y ait eu 22 morts exactement, mais il n'est pas impossible que les chiffres des pertes aient été plus ou moins modifiés pour au final, "faire passer un message"...
Deux choses à prendre en compte pour comprendre les enjeux ici:
1-Satan et Lucifer sont deux personnages/concepts différents : Satan vient de Satam, « administrateur territorial » en proto-sumérien, c’était le titre de Baal/Seth/Moloch, l’assassin d’Osiris. Lucifer (le « porteur de Lumière », correspond à la fois à une idée spirituelle portée par Jésus/le Maître de Justice, mais aussi par le Kiristi (lien avec Christ), le titre d’Horus : le fils réincarné d’Osiris qui se vengera de Baal/Seth, l’assassin de son père Osiris (d’après notamment Anton Parks pour les correspondances en proto-Sumérien).
2-Lire Madame Blavatsky (« Isis dévoilée » et « la Doctrine Secrète ») pour comprendre comme la kabbale telle qu'elle est conçue aujourd'hui est au mieux fragmentaire, au pire gravement dévoyée, laissant entrevoir le caractère avant tout idéologique et artificiel de bons nombres de manipulations kabbalistes de nos jours.